•  

    La mante religieuse

    Photo aimablement prêtée par Antoine

     

    La mante religieuse est un insecte allongé (environ 6 à 8 cm de long) à tête triangulaire et au thorax grêle.

    On trouve des individus de couleur brune et verte dans les mêmes lieux.

    C'est un insecte prédateur qui chasse à l'affût . Les pattes antérieures repliées devant la tête sont prêtes à saisir toute

    proie qui passe à leur portée; elles sont grandes, le fémur et le tibia sont armés d'épines sur leur face inférieure.

    La tête est très mobile.

    Les femelles mangent souvent le mâle (plus petit) pendant l'accouplement en commençant par la tête.

    Il y a au moins 2000 espèces de mantes connues dont 18 espèces peuplent actuellement l'Europe.

    Elles dévorent toutes sortes d'insectes dont beaucoup de criquets.

    Source : Insectes de France et d'Europe occidentale de Michael Chinery.

     


    21 commentaires
  •  

    Le sizerin cabaret

    Photo (sizerin cabaret femelle) aimablement prêtée par Annie

     

    Le sizerin cabaret est un oiseau peu commun chez nous (centre de la France), mais cette année, il y a eu quelques

    observations aux mangeoires.

    Le sizerin cabaret, comme le flammé est un oiseau grégaire, en groupe de quelques dizaines d'individus.

    C'est un passereau granivore et insectivore de couleur beige à brun roux; il mesure environ 11 cm.

    Les sizerins cabarets sont très agiles et ils se suspendent aux rameaux avec parfois la tête en bas; il apprécient

    particulièrement les bouleaux.

    Le sizerin cabaret niche en France (nord-est et Alpes) où il est sédentaire.

     

    Source : Ornithomédia.com.

     


    10 commentaires
  •  

    La ficaire

    La ficaire est la première renoncule à apparaître au printemps.

    D'une hauteur de 7 à 20 cm, ses fleurs jaunes, brillantes ont 3 sépales verts et 8 à 12 pétales qui ne s'ouvrent

    entièrement qu'en plein soleil.

    La floraison a lieu de mars à mai.

    Les feuilles vert foncé sont en forme de cœur échancré, arrondi au sommet.

    On la rencontre dans les endroits plutôt humides.

    Source : Larousse Nature en poche : Fleurs sauvages.


    2 commentaires
  •  

    Nénuphars géants.

    Paraguay : les touristes se pressent pour admirer des nénuphars géants ©

    AFP/Norberto DUARTE

     

    Des nénuphars géants assez rares apparaissent dans une rivière du Paraguay.

    Au nord d’Asunción, sur  une boucle de la rivière Paraguay, les touristes se pressent pour admirer des nénuphars

    géants de 1,5 à 2 mètres de diamètre qui n'apparaissent qu'une fois tous les 4 ans durant l'été austral.

    Dans la ville de Piquete Cué située le long de ce cours d'eau (séparant le Paraguay de l'Argentine), les visiteurs

    louent des embarcations pour naviguer au milieu de ces nénuphars géants , couleur vert pomme, semblables à des

    moules à tartes posés sur l'eau.

    La Victoria amazonica  appelée localement Yacaré Irupé (nom de ces nénuphars) apparait régulièrement, mais pas

    en si grande quantité, ni avec de telles dimensions.

    Elle possède des vertus curatives pour lutter contre l'asthme et les maladies des bronches.

    Source : AFP, RTL Info, Le Point.

     

     


    11 commentaires
  •  

    Le tigre de Sumatra : l'extinction ?

    Par Monka Betley CC BY-SA 3.0

    (chaque tigre est reconnaissable à ses rayures différentes)

     

    Le tigre de Sumatra serait en voie d'extinction; en cause : la déforestation liée aux plantations d'huile de palme.

    Ce grand carnivore  a disparu des îles indonésiennes  de Java et Bali, voisines de Sumatra.

    Ses chances de survie à Sumatra dépendent du maintien de son habitat d'après une étude publiée dans la revue

    Nature Communications. Son habitat s'est réduit de 17 % entre 2000 et 2012 et sa population a chuté de 742 à 618

    sur la même période selon les chercheurs.

    La forêt primaire a diminué de 40 % entre 1990 et 2010 sur Sumatra, les tigres se retrouvant de plus en plus acculés

    dans des poches isolées de la forêt. Il reste seulement deux habitats suffisamment grands pour accueillir plus de 30

    femelles en âge d'avoir des petits, chiffre considéré par les experts comme le seuil à partir duquel une population est

    viable sur le long terme.

    Source du texte : Quotidien La Montagne du 5 décembre 2017.


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires